Table des matières



Intitulé du document : Routage et adressage
Localisation : http://www.opendoc.net/cours-routage-adressage
Rédacteur : Alexandre Bray
Propriété intellectuelle : Aziz Benallegue
Date de création : 2010/09/23
Date de modification : 2011/01/28
Source : Aziz BENALLEGUE, IUT de Vélizy, Département GTR
Tags :
Etat de la documentation : 100% completed
Informations : Quelle est notre démarche ?
Licence : Contrat Creative Commons
opendoc.net est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 3.0 non transcrit.

Routage et adressage

14 Introduction

La couche réseau assure le transport des données. le rôle de la couche réseau est de trouver le meilleur chemin au sein d”un réseau. Les unités utilisent le système d'adressage de la couche réseau pour déterminer la destination des données durant leur déplacement. Dans ce chapitre, vous apprendrez c,comment fonctionne un routeur et comment il exécute la fonction d'interconnexion de réseaux primordiale de La couche réseau (couche 3) du modèle de référence pour l'interconnexion de systèmes ouverts (OSI). Vous étudierez en outre le système d'adressage IP et ses trois classes de réseau. Vous apprendrez également que certaines adresses IP ont été réservées par l'organisme InterNIC 1) et ne peuvent donc être attribuées à quelque réseau que ce soit. Enfin, le chapitre traitera des sous-réseaux, de leurs masques et de leurs systèmes d'adressage.

15 L'importance de la couche réseau

15.1 Les identificateurs

La couche réseau assure le transport des données parmi un ensemble de réseaux (interRéseau). Les unités utilisent le système d'adressage de la couche réseau pour déterminer la destination des données pendant leur acheminement.

Les protocoles dépourvus de couche réseau ne conviennent qu'aux petits réseaux internes. Ces protocoles n'utilisent généralement, qu'un nom (l'adresse MAC) pour identifier les ordinateur d'un réseau. l'inconvénient de cette méthode est qu'il devient de plus en plus difficile de gérer les noms à mesure que le réseau s'étend (et, notamment d'assurer l'unicité des noms).

Les protocoles qui supportent la couche réseau utilisent un système d'adressage hiérarchique qui garantit, l'unicité des adresses au-delà des limites du réseau. ainsi qu'une méthode de sélection du chemin d'acheminement des données entre les réseaux. Les adresses MAC; en revanche, utilisent un système d'adressage linéaire qui rend difficile la localisation des unités dans d'autres réseaux.

L'adressage hiérarchique permet aux données de circuler dans des réseaux multiples et de trouver leur destination de manière efficace. Le système téléphonique est un exemple de système d'adressage hiérarchique. Le système téléphonique utilise un indicatif régional pour diriger un appel vers son premier relais (saut). Les trois chiffres suivants représentent le centre téléphonique local (deuxième saut). Les quatre derniers chiffres correspondent au numéro de l'abonné demandé (dernier saut! jusqu'à la destination) .

Les unités d'un réseau ont, besoin d'un système d'adressage cohérent leur permettant d'acheminer des paquet_ d'un réseau à un autre dans l'interréseau (ensemble de réseaux segmentés ou non utilisant le même système d'adressage). Les unités utilisent le système d'adressage de la couche réseau pour déterminer la destination des données tout au long de leur cheminement dans l'interréseau.

La seule façon pour hôte B d'atteindre hôte A est d'établir un système d'adressage. Sans les services de la coude réseau. l'hôte B ne peut pas déterminer où se trouve l'hôte A.


15.2 La segmentation et les systèmes autonomes

La multiplication des réseau résulte de deux tendances fondamentales : l'augmentation de la taille de chaque réseau et la création constante de nouveaux réseaux.

Lorsqu'un LAN, un MAN ou un WAN prend de l'expansion, il devient nécessaire (pour des raisons pratiques de gestion du trafic) de le subdiviser en réseaux plus petits appelés segments réseau (ou simplement segments). Notre grand réseau devient donc une mosaïque de réseaux plus petits dont chacun a besoin d'une adresse distincte.

Il existe déjà un grand nombre de réseaux : les réseaux privés sont répandus dans les bureaux. les écoles; les entreprises et les organisations gouvernementales. Il est pratique que ces réseaux distincts (ou systèmes autonomes s'ils sont gérés par un seul administrateur réseau) communiquent par le biais d'Internet. Cependant, leur interconnexion exige des systèmes d'adressage efficaces et des unités d'inter- connexion de réseaux appropriées. Dans le cas contraire il se produira des embouteillages affectant le fonctionnement, des réseaux locaux et d'Internet.

Pour comprendre la nécessité de la segmentation des réseaux pensez à un réseau routier et aux véhicules qui circulent. A mesure que la population des communautés desservies augmentent, les routes deviennent de plus en plus encombrées par un nombre croissant de véhicules. Les réseaux fonctionnent de manière très semblable. A mesure que les réseaux s'étendent, le trafic augmente. comme première solution, on peut augmenter la bande passante ce qui équivaut à élever la limiete de vitesse ou à ajouter des voies sur les autoroutes. Une autre solution consiste à utiliser des dispositifs de régulation pour segmenter le réseau et gérer le trafic de la même façon qu'on utilise les feux de circulation pour régulariser le trafic routier.

15.3 Les communications entre réseaux

Internet est un ensemble de segments réseau interconnectés pour faciliter l'échange d'informations. Ici encore, l'analogie avec le réseau routier est valable avec ses autoroutes à voies multiples servant à relier rapidement les grandes régions géographiques.

Le réseaux fonctionnent de façon très semblable grâce à l'apparition de sociétés appelées fournisseurs de services Internet, (ISP) , lesquelles offrent des services d'interconnexion de plusieurs segments réseau.

15.4 Les équipements de réseau de couche 3

Les routeurs sont des unités d'interconnexion de réseaux fonctionnent au niveau de la coucbe 3 OSI. Ils interconnectent des segments de réseau ou des réseaux entiers. Leurs rôle consiste à acheminer les paquets de données entre les réseaux, en fonction des informations de la couche 3.

les adresses représentent les chemins de connexions média.

les routeurs prennent des décisions logiques d'optimisation pour choisir la meilleure voie d'acheminement des données d'un réseau à un autre et dirigent ensuite les paquets vers le port de sortie qui correspond au segment de réseau suivant. Le routeur reçoit des paquets de données des unités LAN (stations de travail, par exemple) et, en fonction des informations de couche 3 les achemine dans le réseau. Le routage est parfois appelé commutation de couche 3.

16 La sélection du chemin

16.1 Introduction

La sélection du chemin s'opère au niveau de la couche 3 (couche réseau). Cela permet à un routeur d'évaluer les chemins disponibles vers une destination donnée et de définir le meilleur chemin pour traiter un paquet. Les services de routage utilisent les informations de topologie du réseau dans l'évaluation des chemins. La sélection du chemin est le processus que le routeur utilise pour choisir le prochain saut du trajet que le paquet empruntera vers sa destination. Ce processus est également connu sous le nom de routage du paquet.

La sélection du chemin pour un paquet peut être comparée au cheminement d'un autoamobiliste qui traverse une ville. Il dispose d'un plan montrant tous les itinéraires qui lui permettent de se rendre à destination. Le trajet d'une intersection à la suivante est un ” saut ”. De même; le routeur utilise un ” plan ” qui présente tous les chemins possibles vers une destination donnée.

Les routeurs prennent également des décisions en fonction de la densité du trafic et du débit des liaisons (bande passante), tout comme notre automobiliste peut choisir une voie rapide (une autoroute) ou des rues secondaires moins fréquentées.

16.2 l'adressage de couche réseau

L'adresse réseau permet au routeur de choisir un chemin optimal au sein du réseau. Le routeur utilise les adresses réseau pour identifier le réseau de destination d'un paquet à l'intérieur d'un interréseau.

Outre les adresses réseau, les protocoles réseau utilisent une forme quelconque d'adresse d'hôte ou de noeud. Dans certains protocoles de couche réseau, l'administrateur réseau attribue les adresses hôtes selon un plan d'adressage interréseau prédéterminé. Dans d'autres protocoles de couche réseau l'attribution d'adresses hôtes est affectée partiellement ou entièrement de façon dynamique/automatique. Le schéma illustre trois unités du réseau 1 (deux stations de travail et un routeur), chacune ayant sa propre adresse hôte (on voit également que le routeur est connecté à deux autres réseaux : les réseaux 2 et 3).

L'adressage est effectué au niveau de la couche réseau. Dans une analogie précédente, les premières parties du numéro de téléphone (indicatif régional et numéro de central) étaient utilisées pour décrire une adresse réseau. Les quatre derniers chiffres indiquent au commutateur local la ligne téléphonique vers laquelle il doit acheminer l'appel. Cela correspond à la fonction de la partie hôte d'une adresse, laquelle précise l'identité du dispositif de destination du paquet.

En l'absence d'adressage de couche réseau, tout routage devient impossible. Les routeurs ont besoin de l'adresse réseau pour assurer la liaison sans erreurs des paquets. Sans une forme quelconque de structure d'adressage hiérarchique, il serait impossible d'acheminer les paquets au sein d'un interréseau. De la même manière, sans structure hiérarchique pour les numéros de téléphone, les adresses postales ou les systèmes de transport la liaison des biens et des services serait infiniment plus complexe.

16.3 La couche 3 et la mobilité des ordinateurs

L'adresse MAC au nom d'un personne. Quand à son adresse réseau, elle est comparable à une adresse postale. Ainsi, lorsqu'une personne déménage, elle conserve son nom, mais son adresse postale indique son nouvel emplacement. Les unités réseau (tant les routeurs que les ordinateurs individuels) sont dotées d'une adresse MAC et d'un adresse de protocole (couche réseau). Si un ordinateur est déplacé physiquement vers un autre réseau, il conserve son adresser MAC, mais une nouvelles adresse réseau doit lui être attribuée.

16.4 Comparaison de l'adressage linéaire et l'adressage hiérarchique

Le rôle de la couche réseau est trouver le meilleur chemin au sein d'un réseau. Pour ce faire, elle utilise deux méthodes d'adressage : l'adressage linéaire et l'adressage hiérarchique. Un système d'adressage linéaire attribue à une unité la prochaine adresse disponible. Aucune importance n'est accordée à la structure du système d'adressage. Les numéros de certificats de naissance un exemple de système d'adressage linéaire. Les adresse MAC fonctionnent de cette manière. Un fournisseur reçoit un bloc d'adresse. La première portion de chaque adresse représente le code du fournisseur, tandis que le reste de l'adresse MAC est un numéro aléatoire attribué selon un système de numération séquentiel.

Le système de codes postaux constitue un parfait exemple d'adressage hiérarchique. Dans ce système, l'adresse est déterminée par l'emplacement de l'immeuble et non par le numéro attribué au hasard. Le système d'adressage que vous utiliserez tout au long de ce programme d'études et d'adressage IP. les adresse IP ont une structure spécifique et ne sont attribuée de manière aléatoire.

17 Les adresses IP dans l'en-tête IP

17.1 Les datagrammes de la couche réseau

Le protocole Internet (IP) est la méthode d'adressage privilégiée des réseau hiérarchiques. Les protocole IP est le protocole réseau d'Internet. A mesure que les données circulent vers le bas du modèle OSI, elles sont encapsulées au niveau de chaque couche. Au niveau de la réseau, les données sont encapsulées dans des paquets (aussi appelés datagrammes). Le protocole IP détermine le format de l'entête IP (qui comprend les informations d'adressage et de contrôle), mais ne se préoccupe pas de données proprement dites. Il accetpte tout ce qui provient des couches supérieures.


une adresse IP est codée en 32bits. Elle comprend deux parties principales, un numéro de réseau et un numéro de machine. Comme il est pratiquement impossible pur la plupart des gens de mémoriser 32 bits, les adresse IP sont divisées en groupes de 8 bits séparés par des points et représentées dans un format décimal et non binaire. On parle de “natation décimale pointée”.

Comment procède-t-on pour obtenir une adresse IP ? Faut-il contacter le gouvernement ? En inventer une ? L'administration des adresses IP, ou de toute autre adresse, prend du temps. Il est donc souhaitable de n'avoir à gérer qu'une seule fois l'adresse de chaque machine. Si vous prévoyez d'accéder à Internet, vous devez tout d'abord sélectionner un fournisseur d'accès. Ce dernier vous posera des questions comme : De combien de noeuds disposez-vous actuellement ? Combien pensez-vous en avoir d'ici 5 ans ? Puis, contactez InterNIC, l'organisation centrale chargée d'enregistrer les adresses Internet. InterNIC peut vous fournir des informations précieuses sur l'accès à Internet. Il est également tout à fait légale, si vous n'utilisez pas Internet, de créer votre propre numéro réseau. En revanche, si vous avez un jour besoin d'accéder vous devez adresser de nouvelles adresses à toutes les machines. InterNIC conseille de prendre contact avec elle même si vous n'envisagez pas pour l'instant de vous connecter à Internet. L'organisation a en effet réservé des adresse spéciales pour ce cas précis. L'attribution d'adresses aux machines est effectuée sous votre nom ou celui d'une personne de votre entreprise.

17.2 Les champs de la couche réseau

Le paquet/datagramme de couche 3 se transforme en données de la couche 2, lesquelles sont ensuite encapsulées dans trames.

De même, le paquet IP est composé des données des couches supérieurs, plus en-tête IP constitué des éléments suivants :

  • Version : Indique la version du protocole IP utilisé (4 bits)
  • HLEN2) (longeur de l'en-tête IP) : indique le longeur de l'en-tête du datagramme en mots de 32 bits (4bits)
  • Type de service : indique l'importance qui lui a été accordée par un protocole de couché supérieure données (8 bits)
  • Longueur totale : précise la longueur du paquet IP en entier, y compris les données de l'en-tête, en octet (16 bits)
  • Identification : contient un nombre entier qui identifie le datagramme actuel (16 bits)
  • Indicateurs : un champ de 3 bits dont les 2 bit inférieurs contrôle la fragmentation. 1 bit indique si le paquet peut être fragmenté et le second indique si le paquet est le dernier fragment d'une série de paquets fragmentés (3 bits).
  • Décalage de fragment : ce champ sert a rassembler des fragments du datagramme (13 bits).
  • Durée de vie : un compteur qui décroît graduellement, par incréments, jusqu'a zéro. A ce moment, le datagramme est supprimés, ce qui empêche les d'être continuellement en boucle (8 bits)
  • Protocole : précise le protocole de couche supérieur qui recevra les paquets entrants après la fin du traitement IP.
  • Somme de contrôle d'en-tête : assure l'intégralité de l'en-tête IP (16 bits).
  • Adresse d'origine : indique le noeud émetteur (32 bits)
  • Adresse de destination : indique ne noeud récepteur (32 bits)
  • Options : cet éléments permetau protocole IP de supporter différentes options, telles que la sécutité (longueur variable)
  • Données : cet élément contient des informations de couche supérieure (longeur variable, maximum 64 ko)
  • Remplissage : des zéros sont ajoutés à ce champspour s'assurer que l'en-tête IP est toujoursen multiple de 32 bits.
  • Données - cet élément contient des informnations de couche supérieure (Longuew variabLe, maximum 64 Ko).
  • Remplissage - des zéros sont ajoutés à ce champ pour s'assurer que l'en-tête IP est toujours multiple de 32 bits.

17.3 Les champs d'origine et de destination de l'en-tête IP

L'adresse IP contient les informations nécessaires au routage d'un paquet au sein du réseau. Chaque champ d'adresse d'origine et de destination contient une adresse de 32 bits. Le champ d'adresse d'origine contient l'adresse IP de l'unité qui envoie le paquet. Le champ de destination contient l'adresse IP de

17.4 L'adresse IP en tant que nombre binaire 32 bits

Une adresse IP est représentée par un nombre binaire de 32 bits. Rappelez-vous que les chiffres binaires ne sont composés que de deux valeurs : O et l. Dans un nombre binaire, la valeur du bit à l'extrême droite (bit le moins significatif) est soit O ou 1. La valeur décimale correspondant à chaque bit d'un nombre binaire double à chaque fois que vous vous déplacez d'une position vers la gauche. Ainsi, la valeur décimale du deuxième bit à partir de la droite est soit 0 soit 2. Le troisième bit est soit 0, soit 4; le quatrième, 0 ou 8, etc.


Adresse IP binaire de 32 bits

1 1 0 0 0 0 0 0 . 0 0 0 0 0 1 0 1 . 0 0 1 0 0 0 1 1 . 0 0 0 0 1 0 1 1
2726252423222120 2726252423222120 2726252423222120 2726252423222120

Les adresses IP sont présentées au format décimal de 32 bits. Les 32 bits de l'adresse sont subdivisées en quatre octets (un octet est un groupe de 8 bits). La valeur décimale maximale d'un octet est, de 255.

Le plus grand nombre binaire de huit, bits est 11111111. Ces bits, de gauche à droite ont des valeurs décimales de 128, 64, 32, 16, 8, 4, 2 et 1 pour un total de 255.

QuelLe est, la valeur décimale de l'octet mis en évidence dans le schéma ? Quelle la valeur du bit à l'extrême gauche ? Celle du bit suivant ? Puisque seuls ces deux bits sont activés, la valeur décimale du nombre est 128+64=192 !

17.5 Les champs de l'adresse IP

Le numéro de réseau d'une adresse IP identifie le réseau auquel une unité est connectée, alors que la portion hôte d'une adresse IP pointe vers une unité spécifique de ce réseau. Puisque les adresses IP sont composées de quatre octets séparés par des points, un, deux ou trois de ces octets peuvent servir à déteraminer le numéro de réseau. De même, un, deux ou trois de ces octets peuvent servir à déterminer la partie hôte e d'une adresse IP.

Champs d'une adresse IP

18 Les classes d'adresses IP

18.1 Introduction

Un organisme peut recevoir trois classes d'adresses IP de l'InterNIC (Internet Network Information Center) (ou de son fournisseur de services Internet). Il s'agit des classes A, B et C. l'InterNIC réserve à présent les adresses de classe A aux gouvernements du monde entier (bien que certaines grandes entreprises, telles que Hewlett Pachard! en aient déjà reçues) et les adresses de classe B aux entreprise de taille moyenne. Tous les autres demandeurs reçoivent des adresses de classe C.

1 octet
← 8 bits →
1 octet
← 8 bits →
1 octet
← 8 bits →
1 octet
← 8 bits →
Classes A N H H H
Classes B N N H H
Classes C N N N H

N = Numéro de réseau attribué par l'InterNIC
H = Numéro d'hôte attribué par l'administrateur

18.1.1 La classe A

En format binaire; le premier bit (à l'extrême gauche) d'une adresse de classe A est, toujours O. Un exemple d'adresse IP de classe A serait 124.95.44.15. Le premier octet, 124, représente le numéro de réseau attribué par l'InterNIC. Les administrateurs internes du réseau attribuent les valeurs des 24 bits restants. Pour déterminer si une unité fait partie d'un réseau de classe A; il suffit de regarder le premier octet de son adresse IP, qui variera entre O et 126. (127 commence par un bit à O, mais cette valeur est réservée à un usage particulier). Toutes les adresses IP de classe A n'utilisent que les huit premiers bits pour indiquer la partie réseau de l'adresse. Les trois octets restants peuvent servir pour la portion hôte de l'adresse. Les réseaux qui utilisent un système d'adressage IP de classe A peuvent attribuer jusqu'à 224 (moins 2), soit 16 777 214 adresses IP aux unités qui en font partie.

La classe A Classe A

18.1.2 La classe B

Les deux premiers bits d'une adresse de classe B sont toujours 10 (un et zéro). Un exemple d'adresse IP de classe B serait 151.1O.13.28. Les deux premiers octets représentent le numéro de réseau attribué par l'InterNIC. Les administrateurs internes du réseau attribuent les valeurs des l6 bits restants. Pour déterminer si une unité fait partie d'un réseau de classe B, il suffit de regarder le premier octet de son adresse IP. La valeur du premier octet, des adresses IP de classe B varie entre 128 et 192. Toutes les adresses IP de classe B utilisent les 16 premiers bits pour indiquer la partie réseau de l'adresse. les dernier octets restants de l'adresse IP sont réservés à la portion hôte de l'adresse. Les réseaux qui utilisent un système d'adressage IP de classe B peuvent attribuer jusqu'à 216 (moins 2); soit 65 534 adresses IP aux unités qui en font partie.

La classe B Classe B

18.1.3 La classe C

Les trois premiers bits d'une adresse de classe C sont toujours 110 (un, un et zéro). Un exemple d'adresse IP de classe C serait 201.110.213.28. Les trois premiers octets représentent le numéro de réseau attribué par l'InterNIC. Les administrateurs internes du réseau attribuent les valeurs des 8 bits restants. Pour déterminer si une unité fait partie d'un réseau de classe C, il suffit de regarder le premier octet de son adresse IP. La valeur du premier octet des adresses IP de classe C varie entre 192 et 223. Toutes les adresses IP de classe C utilisent les 24 premiers bits pour indiquer la partie réseau de l'adresse. Seul le dernier octet d'une adresse IP de classe C est réservé à la portion hôte de l'adresse. Les réseaux qui utilisent, un système d'adressage IP de classe C peuvent attribuer jusqu à 28 (moins 2), soit 254 adresses IP aux unités qui en font partie.

La classe C Classe C

18.2 Les adresses IP exprimées en nombres décimaux

les adresses IP identifient les unités d'un réseau, ainsi que le réseau auquel elles sont connectées. Pour faciliter leur mémorisation les adresses IP sont généralement exprimées en notation décimale. Les adresses IP sont, donc constituées de 4 nombres décimaux séparés par des points. 166.122.23.130 est un exemple d'adresse IP. Pour rappel un nombre décimal est, un nombre en base 10, le système de numération que nous utilisons quotidiennement.

Nombre de bits 1 7 24
Classe A 0 n° de réseau n° d'hôte
Nombre de bits 1 1 14 16
Classe B 1 0 n° de réseau n° d'hôte
Nombre de bits 1 1 1 21 8
Classe C 1 1 0 n° de réseau n° d'hôte

18.3 La conversion des adresses IP décimales en leur équivalent binaire

Afin de convertir des adresses IP décimales en nombres binaires, vous devez connaître la valeur décimale de chacun des 8 bits de chaque octet. Le bit le plus à gauche de l'octet représente la valeur 128. Cette valeur diminue de moitié à chaque déplacement vers la droite jusqu'à la valeur de 1 à l'extrême droite de l'octet. la conversion ci-dessous illustre que le premier octet.

Exemple 1 : convertissez le premier octet de 192.57.30.224 au format binaire

128+64+32+16+8+4+2+1
27 26 25 24 23 22 21 20
1 1 0 0 0 0 0 0 = 11000000

La première étape consiste à sélectionner l'octet à l'extrême gauche et à déterminer si sa valeur est supérieure à 128. Dans ce cas (192), elle l'est. Placez un 1 dans ce premier bit et soustrayez 128 de 192. Le reste est 64. La valeur du bit suivant est 64, ce qui est égal à la valeur du reste. Ce bit est donc à 1 également. Soustrayez 64 de 64. Le reste est O. Par conséquent, les bits qui restent sont tous des O. Le nombre binaire du premier octet est 11000000.

18.4 La conversion des adresses IP binaires en leur équivalent décimal

Pour convertir des adresses IP binaires en nombres décimaux, inversez la méthode utilisée pour convertir des nombres décimaux en nombres binaires.

Convertissez le premier octet de l'adresse IP binaire

10101010.11111111.00000000.11001101

2726252423222120
1 0 1 0 1 0 1 0
12803208020 = 128+32+8+2 = 170

Pour convertir cette adresse IP, commencez par le bit situé à l'extrême gauche du premier octet. C'est un 1. Vous savez que la valeur d'un bit dans cette position est de 128. Aussi le nombre décimal débute-t-il par une valeur de 128. La valeur suivante est 0, passez donc au bit suivant. La valeur du troisième bit est 1. La valeur d'un bit, dans cette position est de 32. Vous devez donc additionner 32 et 128 pour obtenir la valeur 160. La valeur du quatrième bit étant 0 passez au bit suivant. La valeur du cinquième bit est 1. Vous devez donc additionner 8 à la valeur actuelle de 160 pour obtenir un total de 168. La valeur du sixième bit étant également 0, passez au suivant. La valeur du septième bit est 1. Il faut additionner 2 à la valeur actuelle de 168. Le dernier bit est 0, il ne faut pas en tenir compte.

19 L'espace d'adressage réservé

19.1 Les fonctions des adresses réseau et des adresses de broadcast

Si votre ordinateur voulait communiqué avec toutes les unités d'un réseau, il serait difficile de répertorier les adresses IP de chacune de ces unités. Vous pourriez indiquer deux adresses distinctes par un tiret, pour représenter toutes les unités au sein de cette plage de nombres, mais cette solution n'est guère plus pratique. Il existe, toutefois, une méthode plus efficace.

Une adresse IP dont tous les bits hôte sont occupés par des zéros binaires est réservée pour l'adresse réseau (parfois appelée adresse de fil). Ainsi, dans un réseau de classe A, 113.0.0.0 est l'adresse IP du réseau comprenant l'hôte 113.1.2.3. Un routeur utilise l'adresse IP d'un réseau pour acheminer des données sur Internet. Dans un réseau de classe B, l'adresse IP 176.10.0.0 est une adresse réseau.

Les nombres décimaux qui composent les deux premiers octets d'une adresse réseau de classe B sont attribués et représentent les numéros de réseau. Les deux derniers octets contiennent des O parce que ces 16 bits sont des numéros d'hôtes et sont réservés aux unités qui sont connectées au réseau. L'adresse IP de notre exemple (176.10.0.0) est réservée à l'adresse réseau. Elle ne sera jamais utissée comme adresse pour une unité connectée au réseau.

Pour envoyer des données à toutes les unités d'un réseau, vous devriez utiliser une adresse de broadcast. On parle de broadcast lorsqu'une source envoie des données à toutes les unités d'un réseau. Pour s'assurer que toutes les unités d'un réseau tiennent compte d'un tel message de broadcast, la source doit utiliser une adresse IP que toutes les unités peuvent reconnaître et recevoir. Les adresses IP de broadcast se terminent par des 1 binaires dans toute la portion hôte de l'adresse (le champ hôte). Dans le cas du réseau cité en exemple (176.10.0.0), dans lequel les 16 derniers bits constituent le champ hôte (ou portion hôte de l'adresse), le message de broadcast envoyé à toutes les unités du réseau comprend l'adresse de destination 176.10.255.255 (puisque 255 est la valeur décimale de l'octet binaire 11111111).

19.2 Les numéros de réseau

Il est essentiel de comprendre l'importance de la partie réseau d'une adresse IP : le numéro de réseau. Les hôtes d'un réseau ne peuvent communiquer directement qu'avec les unités qui partagent le même numéro de réseau. Ils peuvent partager le même segment physique, mais s'ils ont des numéros de réseau différents, toute communication s'avère généralement impossible, à moins qu'une autre unité puisse établir la connexion entre les réseaux.

19.3 Analogie pour les numéros de réseau

Les codes postaux et, les numéros de réseau fonctionnent de façon très semblable. Les codes postaux permettent au s_système postal d'acheminer votre courrier vers votre département (les 2 premiers numéros) puis à votre bureau de poste local (les 3 derniers numéros). De là, l'adresse postale permet au facteur de déposer votre courrier dans votre boîte aux lettres. Un numéro de réseau permet à un routeur de mettre un paquet, dans le bon segment, de réseau. Le numéro de réseau de l'hôte aide le routeur à acheminer la trame de couche 2 (en encapsulant le paquet) à l'hôte de destination spécifique au sein de ce réseau.

19.4 Analogie pour l'adresse de broadcast

Une adresse de broadcast contient des l à toutes les positions binaires du champ d'hôte. Lorsqu'un paquet, de broadcast est transmis sur le réseau toutes les unités du réseau le reçoivent. Ainsi, au sein d'un réseau ayant le numéro 172.10.0.0, le broadcast envoyé à tous les hôtes utiliserait, l'adresse 172.10.255.255.

Un adresse de broadcast ressemble fortement à un envoi de masse. Le code postal achemine l'envoi à la zone appropriée et l'adresse de broadcast “À l'occupant” achemine le courier à toutes les adresses. Une adresse de broadcast IP utilise la même méthode. Le numéro de réseau désigne le segment et le reste de l'adresse indique à chaque unité du réseau qu'il s'agit d'un message de broadcast et que l'unité doit

tenir compte du message. Toutes les unités d'un réseau reconnaissent leur propre adresse IP ainsi que l'adresse de broadcast de leur réseau.

19.5 Les hôtes réservés aux classes d'adresses IP

Chaque classe de réseau permet un nombre fixe d'hôtes. Dans un réseau de classe A, le premier octet est attribué, ce qui laisse les trois derniers octets (24 bits) pour la désignation des hôtes. Dans ce type de réseau. le nombre minimum d'hôtes est donc de 24 (moins 2 : les adresses réseau et de broadcast qui sont réservées), soit 16777214 hôtes.

Dans un réseau de classe B, les deux premiers octets sont attribués, ce qui laisse les deux derniers octets (16 bits) pour la désignation des hôtes. Dans ce type de réseau, le nombre maximum d'hôtes est donc de 216 (moins 2). soit 65534 hôtes.

Dans un réseau de classe C. les trois premiers octets sont attribués ce qui laisse le dernier octet

(8 bits pour la désignation des hôtes. Le nombre maximum d'hôtes y est donc de 28 (noins 2), soit 254 hôtes. Pour rappel la première adresse de chaque réseau est réservée à l'adresse réseau proprement dite (le numéro de réseau) et la dernière adresse de chaque réseau est réservée aux broadcasts.

20 Les notions de base sur la création de sous-réseaux

20.1 L'adressage IP classique

Les l'administrateur réseau doivent parfois deviser les réseaux, notamment les réseaux de grande taille en réseaux plus petits. Appelés sous-réseaux, ces entités assurent une souplesse accrue au niveau de l'adressage.

Tout comme la partie hôte des adresses de classes A, B et C, les adresses de sous-réseau sont attribuées localement, généralement par l'administrateur réseau. De plus, comme c'est le cas des autres adresses IP , chaque adresse de sous-réseau est unique.

20.2 Le sous-réseau

Les adresses de sous-réseau contiennent une portion réseau de classe A, B ou C plus un champ de sous-réseau et un champ d'hôte. Le champ de sous-réseau et le champ d'hôte sont créés à partir de la portion hôte d'origine pour l'ensemble du réseau. L'adresse réseau jouit d'une grande souplesse d'adressage dans la mesure où il peut déterminer comment la portion hôte d'origine sera subdivisée pour créer les nouveaux champs de sous-réseau et d'hôte. Pour créer une adresse de sous-réseau l'administrateur réseau emprunte des bits à la portion hôte d'origine et les désigne comme champs de sous-réseau.

Pour créer une adresse de sous-réseau, l'administrateur réseau emprunte des bits au champ d'hôte et les désigne comme champ de sous-réseau. Le nombre minimal de bits pouvant être emprunté est de deux. Si un seul bit était emprunté pour créer un sous-réseau, il n'y aurait qu'un numéro de réseau (le réseau .0) et un numéro de broadcast (le réseau .1). Le nombre maximal de bits pouvant être empruntés est égale à tout nombre laissant au moins deux bits, pour le numéro d'hôte. Dans l'exemple ci-dessous d'adresse IP de classe C, des bits ont été empruntés au champ d'hôte afin de créer le champ de sous-réseau.

Réseau Réseau Réseau Masque de ss-réseau Hôtes
2726252423222120 . 2726252423222120 . 2726252423222120 . 2726252423222120
Champs de sous-réseau Nouveau champs d'hôtes

20.3 Pourquoi créer des sous-réseaux ?

L'une des principales raisons en faveur de l'utilisation d'un sous-réseau est la réduction de la taille d'un domaine de broadcast. Des broadcasts sont envoyés à tous les hôtes d'un réseau ou d'un sous-réseau. Lorsque le trafic de broadcast commence à occuper une trop grande partie de la bande passante disponible les administrateurs réseau peuvent choisir de réduire la taille du domaine de broadcast.

20.4 Le masque de sous-réseau

Le masque de sous-réseau (ou plus formellement : préfixe réseau étendu) n'est pas une adresse. Il détermine la partie d'une adresse qui est le numéro de réseau et la partie qui est le numéro d'hôte. Un masque de sous-réseau a une longueur de 32 bits et comprend quatre octets, tout comme une adresse IP.

Voici la marche à suivre pour déterminer le masque de sous-réseau à partir d'une adresse IP d'un sous-réseau donné :

  1. Exprimez l'adresse IP de sous-réseau au format binaire.
  2. Remplacez tous les bits de la portion réseau et sous-réseau de l'adresse par des 1
  3. Remplacez tous les bits de la portion hôte de l'adresse par des 0.
  4. Enfin convertissez l'adresse binaire au format décimal

Remarque : Le préfixe réseau étendu comprend le numéro de réseau de classe A, B ou C, plus le champ de sous-réseau (ou numéro de sous-réseau) utilisé pour prolonger les informations de routage (qui, autrement correspondraient simplement au numéro de réseau).

20.5 Les opérations booléennes : AND, OR et NOT

En mathématique! le terme ” opération ” fait référence à une règle régissant la combinaison des nombres. Les opération du système décimal comprennent l'addition, la soustraction la multiplication et la division. Les nombres binaires font l'objet d'opérations semblables, avec cependant quelques différences.

les opérations booléennes élémentaires sont AND, OR et NOT.

  • AND ressemble à la multiplication.
  • OR ressemble à l'addition.
  • NOT transforme les 1 en 0 et les 0 en 1.

20.6 Exécution de l'opération AND

L'adresse la moins élevée au sein d'un réseau IP est l'adresse réseau (le numéro de réseau plus des 0 dans toutes les positions du champs d'hôte). Il en va de même pour les sous-réseaux : l'adresse la moins élevée est celle du sous-réseau. Pour acheminer un paquet de données, un routeur doit d'abord déterminer l'adresse du réseau ou du sous-réseau de destination en exécutant une opération AND logique à l'aide de l'adresse IP de l'hôte de destination et, du masque de sous-réseau. Le résultat sera l'adresse du réseau ou du sous-réseau. Dans la figure ci-dessous, le routeur a reçu un paquet pour l'hôte 131.108.2.2. Il utilise l'opération AND afin de déterminer que ce paquet doit être acheminé au sous-réseau 131.108.2.0.

Opération ET logique

              
                             
                                                   #  #  #  #                    
                                                   |  |  |  |  
                                     +------------+--+--+--+                            
                                     |                              
                                     |                                
                                     |     
                                     |      
          #  #  #  #                 | 131.108.3.0    #  #  #  #
          |  |  |  |               ,-:-.              |  |  |  |        
          +--+--+--+--------------(  X  )-------------+--+--+--+
                       131.108.2.0 `-:-' 131.108.1.0                                      
                                     |   
                                     |
                              vers 131.108.2.2
                                     |
+---------------------------------------------------------------+                                    
| 131.108.2.2            10000011  01101100  00000010  00000010 |
|      ET                                  ET                   |
| 255.255.255.0          11111111  11111111  11111111  00000000 |
|                        ______________________________________ |
|                        10000011  01101100  00000010  00000000 |
+---------------------------------------------------------------+

21 La création d'un sous-réseau

21.1 La plage de bits nécessaire pour la création de sous-réseaux

Pour créer des sous-réseaux, vous devez prolonger la portion de routage de l'adresse. Internet reconnaît globalement votre réseau, désigné par son adresse de classe A, B ou C, qui définit 8, 16 ou 24 bits de routage (le numéro de réseau). Le champ de sous-réseau contient des bits de routage supplémentaires pour que les routeurs de votre entreprise puissent identifier différents emplacements, ou sous-réseaux, au sein de l'ensemble du réseau.

Réseau Hôte
Adresse IP 131 108 0 0
Masque de sous-réseau
par défaut
255 255 0 0
Masque de sous-réseau
de 8 bits
255 255 255 0



Question : Quels sont les bits de routage de l'adresse 131.108.0.0 ?
Réponse : 131.108 - Il s'agit du numéro de réseau de classe B à 16 bits.

Question : À quoi servent les deux autres octets (16 bits) de l'adresse 131.108.0.0 ?
Réponse : Du point de vue d'Internet, il s'agit simplement d'un champ d'hôte de 16 bits parce qu'une adresse de classe B est structurée ainsi : un numéro de réseau de 16 bits et un numérotai d'hôte de l6 bits.

Question : Quelle partie de l'adresse 131.108.0.0 représente le champ de sous-réseau ?
Réponse : Si vous décidez de créer des sous-réseaux, vous devez diviser le champ d'hôte d'origine (16 bits dans le cas des adresses de classe B) en deux parties : le champ de sous-réseau et le champ d'hôte. C'est ce que l'on appelle ” emprunter ” un certain nombre de bits hôte pour la création du sous-réseau. Les autres réseaux d'Internet ne s'en préoccupent pas. Ils traitent l'adresse de la même manière. Ils ne tiennent compte que du numéro de réseau de l'adresse de classe A, B ou C et transmettent, le paquet, vers sa destination. Le nombre minimum de bits pouvant être emprunté est de deux, peu importe qu'il s'agisse d'un réseau de classe A, B ou C. Puisqu'il doit rester au moins deux bits pour les numéros d'hôtes' le nombre maximum varie selon la classe d'adresses.

Classe d'adresses Longueur du champ d'hôte par défaut Nombre maximal de bits de sous-réseau
A 24 22
B 16 14
C 8 6

Le champ de sous-réseau est toujours placé immédiatement après le numéro de réseau. Cela signifie que les bits empruntés doivent être les n premiers bits du champ d'hôte par défaut, où n est la longueur voulue du nouveau champ de sous-réseau.

Le masque de sous-réseau est l'outil qu'utilise le routeur pour déterminer quels bits sont des bits de routage et lesquels sont des bits d'hôte.

21.2 La détermination de la longueur du masque de sous-réseau

Les masques de sous-réseau utilisent le même format que les adresses IP. Leurs longueur est de 32 bits et ils sont, divisés en quatre octets exprimés au format décimal. La portion réseau des masques de sous-réseau (déterminée par la classe d'adresses), ainsi que les bits de sous-réseau voulus, ne contiennent que des 1. Tous les autres bits sont réglés sur 0, ce qui les identifie comme la portion hôte de l'adresse.

Par défaut si aucun bit n'est emprunté, le masque de sous-réseau d'un réseau de classe B est 255.255.0.0, ce qui correspond au format décimal d'une série de 1 dans les 16 bits représentant le numéro de réseau de classe B. Si 8 bits sont, empruntés pour le champs de sous-réseau, le masque de sous-réseau comprend 8 bits à classe supplémentaires, soit 255.255.255.0. Par exemple, si le masque de sous-réseau 255.255.255.0 était mis en correspondance avec l'adresse de classe B 130.5.2.144 (8 bits empruntés pour le sous-réseau), le routeur saurait qu'il doit acheminer le paquet, au sous-réseau 13O.5.2.0 plutôt qu'au réseau 130.5.0.0.

Un autre exemple est l'adresse de classe C 197.15.22.131 avec un masque de sous-réseau de 255.255.255.224. La valeur 224 de l'octet final (11100000 en format binaire) indique que la portion réseau de classe C de 24 bits a été prolongée de 3 bits pour un total de 27 bits. La valeur 131 du dernier octet représente maintenant la troisième adresse hôte utilisable du sous-réseau 197.15.22.128.

Les routeurs Internet (qui ignorent le masque de sous-réseau) se chargeront simplement d'acheminer le paquet, au réseau de classe C 197.15.22.0, alors que les routeurs au sein de ce réseau, qui connaissent le masque de sous-réseau analyseront 27 bits avant de prendre une décision de routage.

21.3 Le calcul du masque de sous-réseau et de l'adresse IP

Lorsque vous empruntez des bits au champ d'hôte, il est important de noter le nombre de sous- réseaux supplémentaires qui sont créés à chaque emprunt d'un bit. Vous savez d ores et déjà qu'il est impossible de emprunter qu'un seul bit. Le nombre minimal de bits pouvant être empruntés est de deux. L'emprunt de deux bits crée quatre sous-réseaux potentiels (22) (Rappelez-vous, toutefois, que deux de ces sous-réseaux sont réservés ou inutilisables). Chaque fois que vous empruntez un bit supplémentaire au champ d'hôte, le nombre de sous-réseaux créés augmente d'une puissance de 2. Les huit sous-réseaux potentiels créés par l'emprunt de trois bits = 23 (2 x 2 x 2). Les seize sous- réseaux potentiels créés par l'emprunt de quatre bits = 24 (2 x 2 x 2 x 2). Ces exemples illustrent clairement que chaque fois que vous empruntez un bit supplémentaire au champ d'hôte, le nombre de sous-réseau potentiels double.

Question : Combien de bits sont empruntés (quelle est la longueur du champ de sous-réseau) dans le cas d'un réseau de classe B ayant un masque de sous-réseau de 255.255.240.0 ?
Réponse : Les deux premiers octets du masque (255.255) correspondent aux 16 bits du numéro de réseau de classe B. N'oubliez pas que le champ de sous-réseau est représenté par tous les bits ” 1 ” qui suivent ces octets. L'expression binaire du nombre décimal 240 est 11110000. Quatre bits sont donc utilisés pour le champs de sous-réseau.

Question : Combien de sous-réseaux peuvent être créés avec un champ de sous-réseau de quatre bits ?
Réponse : Commencez par trouver le plus petit nombre de quatre bits (0000) et le plus grand nombre de quatre bits (111 ou 15 en décimal). Le nombre de sous-réseaux potentiels est, donc de 16 (de 0 à 15). Vous savez cependant que le sous-réseau 0 est inutilisable (il fait partie de l'adresse réseau), tout comme le sous-réseau 15(1111) (adresse de broadcast). Un champ de sous-réseau de quatre bits permet donc de créer 14 sous-réseaux utilisables (de 1 à 14).

21.4 Le calcul des hôtes par sous-réseau

Chaque fois que vous empruntez un bit au champ d'hôte, un bit de moins devient disponible pour les numéros d'hôtes. Par conséquent, chaque fois que vous empruntez un bit supplémentaire au champ d'hôte, le nombre d'adresses d'hôtes que vous pouvez attribuer diminue d'une puissance de 2 (est divisé par deux).

Pour illustrer ce concept utilisons comme exemple, une adresse réseau de classe C. Si aucun masque de sous-réseau n'est utilisé, les 8 bits du dernier octet, servent au champ d'hôte. Par conséquent; 256 (26) adresses possibles peuvent être attribuées aux hôtes (254 adresses utilisables après soustraction des deux adresses réservées). Supposons maintenant que ce réseau de classe C soit subdivisé en sous-réseaux. Si vous empruntez deux bits au champ d'hôte par défaut de huit bits, le champ d'hôte ne contient plus que six bits. Si vous énumérez toutes les combinaison possibles de 0 et de 1 avec les six bits qui restent vous découvrez que le nombre total d'hôtes pouvant être attribués dans chaque sous-réseau est réduit à 64 (2<sur>6</sup>). Le nombre de numéros d'hôtes utilisables serait réduit, lui, à 62.

Dans ce même réseau de classe C, si vous empruntiez 3 bits au champs d'hôte, ce champ ne contiendrait plus que cinq bits et le nombre total d'hôtes que vous pourriez attribuer à chaque sous-réseau serait réduit à 32 (25). Le nombre de numéros d'hôtes utilisables serait réduit, à 30.

Le nombre d'adresses d'hôtes pouvant être attribuées à un sous-réseau est lié au nombre de sous-réseaux créés. Dans une adresse réseau de classe C, par exemple, si un masque de sous-réseau de 255.255.255.224 est appliqué, cela signifie que 3 bits (224 = 11100000) ont été empruntés au champ d'hôte. Six (8 moins 2) sous-réseaux utilisables ont été créés, chacun offrant trente (32 moins 2) adresses d'hôtes.

21.5 L'opération booléenne AND

Comme vous l'avez vu précédemment, l'adresse la moins élevée dans un réseau IP est l'adresse réseau (le numéro de réseau accompagné de 0 dans toutes les positions du champ d'hôte). Il en va de même pour les sous-réseaux, l'adresse la moins élevée est celle du sous-réseau.

Pour acheminer un paquet de données, le routeur doit d'abord déterminer l'adresse du réseau/souréseau de destination. Pour ce faire, le routeur exécute une opération AND logique sur l'adresse IP de l'hôte de destination et le masque de sous-réseau. Imaginez un réseau de classe B dont le numéro de réseau est 172.16.0.0. Après avoir analysé les besoins de votre réseau, vous décidez d'emprunter 8 bits dans le but de créer des sous-réseaux. comme nous l'avons mentionné précédemment, lorsque 8 bits sont empruntés dans le cadre d'un réseau de classe B le masque de sous-réseau est 255.255.255.0.

Un utilisateur situé à l'extérieur du réseau envoie des données à l'adresse IP I72.16.2.12O. Afin de déterminer la destination des données le routeur exécute l'opération AND sur l'adresse et sur le masque de sous-réseau. Après avoir effectué l'opération AND sur ces deux nombres, la portion hôte du résultat est toujours 0. Le reste représente le numéro de réseau, y compris le sous-réseau. Aussi, les données sont-elles envoyées au sous-réseau 172.16.2.0 et, seul le dernier routeur tient-compte du fait que le paquet doit être diffusé à l'hôte 120 dans ce sous-réseau.

Imaginez maintenant le même réseau, 172.16.0.0. Cependant, cette fois, vous décidez de n'emprunter que 7 bits pour le champ de sous-réseau. En notation binaire, le masque de sous-réseau dans cette situation serait 11111111.11111111.11111110.00000000. Comment ce nombre serait-il exprimé en notation décimale ?

Une fois de plus, un utilisateur situé à l'extérieur du réseau envoie des données à l'hôte 172.16.2.120. Afin de déterminer la destination des données, le routeur exécute à nouveau l'opération AND sur l'adresse et sur le masque de sous-réseau. Après avoir affecté l'opération AND sur ces deux nombres, la portion hôte du résultat est toujours 0. Dès lors, en quoi ce deuxième exemple est-il différent ? Tout semble identique du moins au format décimal. La différence réside dans le nombre de sous-réseaux disponibles et le nombre d'hôtes que peut contenir chacun des sous-réseaux. Cette différence n'est perceptible qu'en comparant les deux masques de sous-réseau.

Avec sept bits dans le champ de sous-réseau, le nombre de sous-réseaux est limité à 126. Combien d'hôtes chaque sous-réseau peut-il recevoir ? Quelle est la longueur du champ d'hôte ? Avec neuf bits disponibles pour les numéros d'hôte, chacun des 126 sous-réseaux peut recevoir 510 hôtes.

21.6 La configuration IP sur un schéma de réseau

Lorsque vous configurez des routeurs, vous devez connecter chaque interface à un segment réseau différent. Chacun de ces segments deviendra alors un sous-réseau distinct.

Vous devez sélectionner une adresse de chacun de ces sous-réseaux afin de l'attribuer à l'interface du routeur qui se connecte à ce sous-réseau. Chaque segment d'un réseau (les câbles et les liaisons physiques) doit posséder son propre numéro de réseau/sous-réseau. La figure ci-dessous illustre un schéma de réseau utilisant un réseau de classe B divisé en sous- réseaux.

Adressage de couche réseau

              
                             
                                                   #  #  #  #                    
                                                   |  |  |  |  
                                     +------------+--+--+--+                            
                                     |                              
                                     |                                
                                     |     
                                     |      
          #  #  #  #                 | 131.108.3.0    #  #  #  #
          |  |  |  |               ,-:-.              |  |  |  |        
          +--+--+--+--------------(  X  )-------------+--+--+--+
                       131.108.2.0 `-:-' 131.108.1.0                                      
                                   

21.7 Les configurations d'hôtes/de sous-réseaux

Lors de la création de sous-réseaux, il convient de déterminer le nombre optimal de sous-réseaux et d'hôtes. (Remarque : le nombre d'hôtes disponibles est déterminé par le nombre de sous-réseaux nécessaires. ainsi si vous empruntez trois bits dans un réseau de classe C, il ne reste que cinq bits pour les hôtes).

Vous savez déjà que vous ne pouvez pas utiliser le premier et le dernier sous-réseaux. De plus, vous ne pouvez pas utiliser la première et la dernière adresses de chaque sous-réseau ; l'une est l'adresse de broadcast du sous-réseau et l'autre fait partie de l'adresse réseau. Lorsque vous créez des sous-réseaux, vous perdez un nombre considérable d'adresses potentielles. C'est pourquoi les administrateurs réseau. doivent tenir compte du pourcentage d'adresses perdues au moment de la création de sous-réseaux.

Si vous empruntez deux bits dans un réseau de classe C, vous créez quatre sous-réseaux! chacun contenant 64 hôtes. Seulement deux des sous-réseaux sont utilisables et chacun d'eux ne comprend que 62 hôtes utilisables. Vous n'avez donc que 124 hôtes utilisables alors qu'il y en avait 254 avant la création de sous-réseaux. Cela signifie que vous perdez 51% de vos adresses.

Supposons maintenant que vous empruntiez 3 bits. Vous avez maintenant huit sous-réseaux dont six sont utilisables, et chaque sous-réseau comprend 30 hôtes utilisables. Cela représente un total de 180 hôtes utilisables par rapport aux 254 d'origine, mais vous ne perdez plus que 29 % de vos adresses.

Lorsque vous créez des sous-réseaux, vous devez tenir compte de la croissance anticipée de votre réseau et du pourcentage d'adresses perdue lors de la création de sous-réseaux.

Classe C

nombre de bits
empruntés
nombre de sous-
réseaux créé
nombre d'hôtes par
sous-réseau
nombre total
d'hôtes
pourcentage de utilisé
2 2 62 124 49%
3 6 30 180 71%
4 14 14 196 77%
5 30 6 180 71%
6 62 2 124 49%

21.8 Les adresses privées

Certaines adresses au sein de chaque classe d'adresses IP ne sont pas attribuées. Ces adresses sont désignées sous le nom d'adresses privées. Les adresses privées sont parfois utilisées par les hôtes qui utilisent la traduction d'adresse réseau (NAT) ou un serveur proxy pour se connecter à un réseau public ou par des hôtes qui ne se connectent pas du tout à Internet.

Nombre d'applications n'exigent qu'une connexion au sein d'un seul réseau et n'ont pas besoin de connectivité externe. Les réseaux de grande taille utilisent souvent le protocole TCP/IP, même lorsque la connectivité de couche réseau à l'extérieur du réseau n'est pas nécessaire. À cet égard, les banques Constituent un bon exemple. Elles utilisent parfois le protocole TCP/IP pour se connecter aux guichets automatiques. Ces machines n'étant pas reliées au réseau public les adresses privées sont donc idéales. Les adresses privées servent également à la distribution au sein d'un réseau lorsque le nombre d'adresses publiques est insuffisant.

Les adresses privées peuvent être utilisées avec un serveur de traduction d'adresse réseau (NAT) ou un serveur proxy pour assurer la connectivité de tous les hôtes d'un réseau disposamt d'un nombre relativement restreint d'adresses publiques. Par convention, tout trafic dont l'adresse de destination est comprise dans une plage d!adresses privé n'est PAS routé par Internet.

Espace d'adressage privé

  • 10.0.0.0 - 10.255.255.255
  • 172.16.0.0 - 172.31.255.255
  • 192.168.0.0 - 192.168.255.255

22 Conclusion

Dans ce chapitre, il était question du routage et de l'adressage en fonction de la couche réseau du modèle OSI. Vous avez acquis les notions suivantes :

  • Parmi les fonctions d'interconnexion de la couche réseau. on retrouve l'adressage réseau et la sélection du meilleure chemin.
  • Il existe deux types de systèmes d'adressage : l'adressage linéaire et l'adressage hiérarchique.
  • Un organisme peut recevoir trois classes d'adresses IP de l'InterNIC : les classes A, B et C.
  • L'InterNIC réserve les adresses de classe A aux gouvernements, les adresses de classe B aux entreprises de taille moyenne et les adresses de classe C à tous les autres organismes.
  • Sous forme binaire, le premier bit d'une adresse de classe A est toujows 0.
  • Les deux premiers bits d'une adresse de classe B sont toujours 10 et les trois premiers bits d'une adresse de classe C sont toujours 110.
  • Affin d'offrir une plus grande souplesse à l'administrateur réseau, les réseaux, en particulier les plus étendus, sont souvent subdivisés en entités plus petites appelées sous-réseaux.
  • Les sous-réseaux sont dissimulés des réseaux extérieurs au moyen de masques appelés masques de sous-réseau.
1) Internet Network Information Center
2) IP header length
cours/cours-routage-adressage.txt · Dernière modification: 2013/07/14 17:19 (modification externe)
 
Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous les termes de la licence suivante : CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported
Recent changes RSS feed Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki